Vidéo du vendredi : La démocratie directe suisse

Cette semaine, la démocratie directe suisse expliquée en quelques minutes (en anglais). Certes, le système n’est pas parfait, mais il offre suffisamment de matière pour repenser notre système parlementaire britannique.

Démocratie participative et démocratie délibérative, partie III

Lors des dernières semaines, nous avons exposé les limites des réformes dans le cadre de la démocratie actuelle, puis nous avons présenté le déroulement de la journée de délibération, telle qu’imaginée par les professeurs Bruce Ackerman et James Fishkin. Aujourd’hui, nous abordons les limites et les bénéfices de ce jour de délibération.

Les chercheurs prévoient quatre axes sur lesquels le jour de délibération aura un impact. Le but premier de ce jour de délibération étant d’obtenir une opinion éclairée et informée, l’acquisition et l’échange d’information est au coeur de l’activité. La première remarque que font les deux professeurs est que la frange de la population qui s’intéresse déjà à la politique aura une tribune pour partager le fruit de leurs lectures et échanger leurs connaissances acquises, en plus de mettre le focus sur les enjeux centraux identifiés par les partis politiques. Donc le jour de délibération offre un environnement encourageant l’acquisition et facilitant l’échange d’informations politiques. Lire l’article

Démocratie participative et démocratie délibérative, partie II

Dans l’article de lundi dernier, nous avons exposé les limites des réformes dans le cadre de la démocratie actuelle et avons brièvement défini le concept de démocratie délibérative et expliqué les difficultés liées au déroulement « traditionnel » d’un tel exercice. Nous terminions en abordant la solution proposée par les professeurs Bruce Ackerman et James Fishkin, un exercice qu’ils ont intitulé le « Deliberation Day », ou jour de délibération. Comme nous l’avons dit lundi dernier, le jour de délibération a été conçu pour une élection présidentielle américaine, mais peut s’appliquer à beaucoup d’autres situations. Nous vous présentons aujourd’hui l’idée des professeurs Ackerman et Fishkin. Lire l’article

Démocratie participative et démocratie délibérative, partie I

Nous avons, par le passé, abordé différentes façons d’assainir les pratiques démocratiques au Québec. Nous avons parlé du mode de scrutin (partie I et partie II), du rôle du Directeur général des élections pour contrer la partisannerie politique (partie I et partie II), nous avons aussi abordé le tirage au sort (présenté sommairement ici et expliqué plus en détail ici). Or, comme l’expliquait Étienne Chouard, le tirage au sort n’est qu’un des leviers dans un système de démocratie participative, système où tout le Peuple peut participer à la prise de décisions. Lire l’article